Dimanche 9 janvier 7 09 /01 /Jan 14:57

http://www.classiquenews.com/images/articles/boursier_mougenot_Celeste.jpg

Céleste Boursier-Mougenot est un artiste conceptuel, né à Nice en 1961, qui a fait ses études au Conservatoire national de musique de Nice. Il vit et travaille aujourd’hui en France, dans la ville de Sète. Il a débuté sa carrière en tant que musicien, saxophoniste, il a été compositeur pour la compagnie de théâtre du metteur en scène Pascal Rambert, de 1985 à 1994. Il s’est ensuite réorienté vers les arts plastiques, mais en conservant le son comme le centre d’intérêt de ses œuvres, qualifiant ses formes sonores de vivantes.

 Il a, en outre,  obtenu en 2009 le prix Les David pour l’art contemporain et fut un des quatre nominés pour le prix Duchamp en 2010.

Par OverBlog - Publié dans : Présentation
Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 janvier 7 09 /01 /Jan 15:12

    Céleste Boursier-Mougenot aime modeler l’espace grâce à ses installations sonores, afin d’offrir, en direct, aux visiteurs une expérience musicale unique et hasardeuse. En effet, la base de son art consiste à trouver le « potentiel musical » d’objets divers et variés pour les transformer en instruments invraisemblables. On retrouve ce procédé dans son œuvre Harmonichaos, dans laquelle il fixe un petit harmonica diatonique à l’extrémité du tuyau flexible de treize aspirateurs. Le bouton marche/arrêt de chacun d’eux s’active ou non en fonction des fréquences sonores que détecte un accordeur de guitare modifié. De plus, chacun des appareils est équipé d’un dispositif lumineux, qui se met en marche avec les appareils. De cette manière, l’ensemble des instruments développent une atmosphère très particulière, s’allumant et s’éteignant dans la pénombre, alors que retentit une musique chromatique semblant irréelle.

 Ainsi, Céleste Boursier-Mougenot parvient à transformer et développer une notion différente de la musique que l’on connaît, composant des partitions adaptées aux matériaux et médias qu’il utilise, comme ont pu le faire d’autres artistes avant lui, notamment John Cage, l’artiste conceptuelle qui composa  4’33’’.

L’artiste travaille également beaucoup sur le côté aléatoire de ses œuvres. Il cherche à donner une forme autonome à sa musique, une vie guidée par le hasard, grâce à des procédés minutieux et travaillés. Il construit ses dispositifs en tout genre puis laisse l’œuvre s’exprimer elle-même. C’est de cette manière que des bols de porcelaine dans une piscine agitée par une pompe purent donner naissance à une étrange musique résonnant dans l’architecture de la Pinacothèque de São Paulo, au Brésil.

Mêlant parfois des vidéoprojecteurs à ses œuvres, Céleste Boursier-Mougenot, intègre, aussi, l’image au son. Ses installations, bien qu’ayant pour but final, de produire du bruit, ne se cantonne pas à cette mesure, on ne peut pas simplement fermer les yeux ou écouter un enregistrement final de ses partitions, mise hors contexte. Tout comme la musique qui prend vie dans ses œuvres, le public tient un rôle tout aussi important.  L’image des spectateurs se retrouve par moment projetés sur de gigantesques ballons d’hélium ressemblant à des planètes ou des oiseaux spatiaux (Transcom 1), ou encore,  ils peuvent contribuer pleinement à l’écriture de la musique, comme c’est le cas dans l’installation From here to ear. Des oiseaux, mandarins, sont enfermés dans une vaste volière, dans laquelle les perchoirs sont des guitares électriques et les mangeoires, des cymbales. La musique qui se dégage de là se crée au rythme des oiseaux, dicté par leur inconscience animal ou initié par l’arrivée des spectateurs dans l’espace.

Dans chacune de ses œuvres, Céleste Boursier-Mougenot ne traite du son que pour objet final. Il s’intéresse en fait à toute une démarche pour arriver jusqu’à des mélodies finales. A travers ses installations plus ou moins complexes, il crée des atmosphères célestes dans lesquelles il actionne des objets pour finalement donner naissance à une musique qu’il laissera s’envoler seule par la suite. Pendant une interview lors de son exposition à Stouck en Belgique, il explique : « Je me suis intéressé à la musique parce qu’il y avait une action préalable à l’émission du son et qu’en fait, je suis fasciné par le mouvement. ».

Par musique-celeste.over-blog.com - Publié dans : Analyse de la démarche artistique
Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 janvier 7 09 /01 /Jan 15:19

 

 


  Cette oeuvre présente plusieurs bols de porcelaine tous placés dans un bassin d'eau. Dans le bassin se trouve un pompe, qui crée des remous et de petites vagues. Celles-ci vont agir sur les bols qui vont s'entrechoquer. Placer dans de grandes pièces, les bruits vont résonner et créer une musique aux étranges allures.
Par musique-celeste.over-blog.com - Publié dans : Oeuvres
Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 janvier 7 09 /01 /Jan 15:59

 


 

  Ici, on retrouve treize aspirateurs. Tous ont un harmonica fixé à leur tuyau et un système lumineux sur le côté. Leur interrupteur de marche s'allume et s'éteint grâce à un accordeur de guitare modifié qui les commande. Ainsi, la musique créée développe une ambiance très particulière dans laquelle l'architecture de la pièce joue une fois de plus un rôle important.

Par musique-celeste.over-blog.com - Publié dans : Oeuvres
Voir les 0 commentaires
Dimanche 9 janvier 7 09 /01 /Jan 16:07

 



 Dans Transcom 1, on peut observer une salle plongé dans le noir, délimité par des miroirs et des murs sombres.
Dans l'espace, se balladent, grâce à des ventilateurs, deux gros ballons blancs rempli d'hélium. Sur eux, des caméras filment l'espace environnant, images retransmises sur les ballons par quatre vidéoprojecteurs. De plus, un programme informatique transforme les différentes images en son. Cela revient à entendre "le bruit des images", changeant en fonction de nombreux paramètres, la température du au allez et venu des différents spéctateurs par exemple. C'est pour cela que l'on peut observer que régulièrement, le son grésille et parasite l'image.
Par musique-celeste.over-blog.com - Publié dans : Oeuvres
Voir les 0 commentaires

Blog consacré à l'artiste Céleste Boursier-Mougenot, dans le cadre d'un travail d'histoire de l'art.

Réalisé par Benjamin Berger, élève à l'Ecole de Design Nantes Atlantique, classe I2C.

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus